Vivre à côté de ses pompes…

par Fanny Deschamps

 

Avez-vous déjà eu l’impression de vivre en décalage? De ne pas être vraiment en phase avec qui vous êtes? De porter un masque ou d’imiter le voisin pour faire partie du groupe?

Certains (ou certaines, car cela est typiquement féminin) ont, ce que l’on appelle, le syndrome de l’imposteur. Moi, je dis, le syndrome du caméléon.

J’ai pratiqué le syndrome du caméléon toute ma vie, cela a été pour moi une stratégie de survie.

La Fanny studieuse et appliquée pour faire plaisir aux parents, la Fanny attentionnée et responsable pour jouer son rôle d’ainée, la Fanny professionnelle, persévérante, travaillante (et qui en fait toujours plus que les autres), la Fanny fée du logis qui doit avoir un chez-soi parfaitement propre et ordonné pour assouvir son besoin de contrôle…

Pourquoi tant de rôles que l’on se donne? Pourquoi vouloir se coller des étiquettes? Pourquoi ressembler au voisin?

Des pompes, j’en ai chaussé plusieurs… Les chaussons de danse pour la discipline, les « espadrilles » de course pour courir le 10 KM, des souliers à talons pour avoir l’air féminine… Et pourtant, j’avais le perpétuel sentiment d’être à côté de mes pompes et de ne pas être assez ou d’être trop… De ne pas être authentique.

 

img tyls
img tyls

Cette quête de perfection est vaine, cette soif d’approbation et d’amour est insatiable, ce besoin d’exister dans le regard de l’autre est voué à l’échec.

A 43 ans, le hasard et surtout le temps que je me suis donnée à me découvrir telle que je suis et non tel que je pense que je dois être m’ont permis de me révéler. Je suis une hypersensible. Mes stratégies ne fonctionnent plus, je suis démunie, je suis à bout et je suis perdue.

La chute est inévitable…

Qui suis-je? Et là l’espoir, une lecture, une vidéo sur Youtube, des tests pour confirmer… L’espoir… Je suis bien cette personne aux sens aiguisés, aux émotions exacerbées, celle que l’on nommait lunatique, compliquée, avec des sautes d’humeur intenses dans la même journée, créative et enjouée, sociable et réservée parfois.

Je me suis enfin révélée, je me suis enfin reconnue

img tyls

Je ne suis pas seule. Je ne suis pas bizarre, je suis juste hypersensible.

Je réagis aux éléments extérieurs avec beaucoup plus d’intensité que les autres :

  • Les odeurs, y compris celles de transpiration dans un bus bondé le matin;
  • Les bruits (je porte des bouchons d’oreille même la nuit); je ne suis pas capable de suivre une conversation s’il y a du bruit ambiant
  • Le toucher, le goût;
  • Ma vue est excellente et la lumière est toujours trop intense.

Mais je ne suis pas folle ou malade… je suis comme les autres hypersensibles…Une personne sur cinq, ai-je lu.

img tyls
img tyls

  Télécharger Apple    Télécharger Android